Poser un faux plafond en plaques de plâtre

Sommaire

La pose d’un faux plafond en plâtre demande quelques compétences techniques. Il faut tout d’abord réaliser une prise de mesures soignée, ensuite le montage des fourrures métalliques, puis la pose des plaques en hauteur.

Voici comment poser un faux plafond en plaques de plâtre.

 

Zoom sur les faux plafonds

Les faux plafonds sont extrêmement répandus. En plus de cacher un plafond en mauvais état, ils peuvent masquer les arrivées électriques, intégrer des spots d’éclairage, mais aussi accueillir un isolant thermique et/ou phonique.

Une des solutions possibles consiste à visser des plaques de plâtre sur une structure métallique solidaire du plafond.

Cette ossature est constituée :

  • de suspentes vissées au plafond (ou à des solives), espacées au maximum d’1,20 m, et réglables en hauteur ;
  • de cornières fixées en périphérie des murs ;
  • de rails horizontaux, clipsés sur les suspentes et reposants sur les cornières, de longueur 3m, espacés de 50 cm ;
  • d’éclisses de raccordement pour joindre deux rails.

Attention : Prévoyez de l’aide et, une fois sur l’escabeau, tentez d’adopter la position la plus confortable, ne travaillez jamais à bout de bras !

1. Prenez les mesures

  • Mesurez la surface du plafond.
  • Dessinez un plan sur papier pour vous aider.
  • Repérez l’emplacement des suspentes.
  • Évaluez vos besoins en rails, suspentes, éclisses et plaques de plâtre.

Attention : les plaques de plâtre se fixent perpendiculairement au rail.

2. Réalisez les tracés

  • Déterminez la hauteur de votre faux plafond.
  • Tracez un trait au crayon gras sur le périmètre du mur pour matérialiser l’emplacement des cornières, 13 mm au-dessus (épaisseur des plaques de plâtre).
  • Utilisez pour cela un niveau à bulle et une règle.

3. Fixez les suspentes

Certaines suspentes doivent être montées au préalable (une platine à l’extrémité supérieure, puis une embase sur la tige filetée à l’autre extrémité), d’autres sont réglables à l’aide d’une vis.

  • Réglez grossièrement la hauteur de la suspente (dans le cas d’une embase, vissez-la plus ou moins le long de la tige filetée).
  • Choisissez le mode de fixation adapté à la nature du support :
    • chevilles à frapper pour le béton ;
    • vis pour plâtre ;
    • vis pour bois (si la fixation se fait dans une poutre).
  • Vissez à 25 cm du mur les suspentes correspondant aux extrémités des rails, la hauteur de la suspente est alors fixée.
  • Tendez un cordeau entre suspentes pour matérialiser les rails, au niveau du point de fixation.
  • Avancez le long du cordeau en vissant les suspentes à leur emplacement en utilisant perceuse, visseuse ou marteau selon la nature du support.
  • Ajustez la hauteur de l’embase à celle du cordeau.

4. Fixez les cornières

  • Fixez les cornières en pourtour du mur sur le tracé effectué.
  • Utilisez vis et outils adaptés à la nature de votre mur (voir étape 3).

5. Montez les rails

  • Découpez les rails à l’aide d’une scie à métaux à la longueur nécessaire.
  • Fixez-les en les clipsant directement à l’extrémité des suspentes.
  • Si la largeur de votre pièce excède 3 m, rassemblez 2 rails à l’aide d’une éclisse.

6. Montez les plaques

  • Aidez-vous au besoin d’un lève-plaques pour les élever à bonne hauteur.
  • Positionnez-les perpendiculairement aux rails.
  • Commencez par mettre en place la plaque en butée contre le mur.
  • Fixez-la à l’aide d’une visseuse tous les 30 cm sur les 5 rails qui la traversent.
  • Si nécessaire, découpez les plaques à la scie égoïne après un relevé précis des mesures.

7. Réalisez les finitions

Avant d’apporter les finitions, par peinture ou revêtements autres (papier peint, enduit), il faut effectuer le recouvrement des têtes de vis et le jointement des plaques :

  • soit en jointoyant les plaques de plâtre et en recouvrant les têtes de vis avec de l’enduit de rebouchage ;
  • soit en réalisant une couche d’un enduit de finition sur toute la surface.

Ces pros peuvent vous aider